Critique de la série Camping

Critique de la série Camping

Une bande d’amis décide de se réunir pour l’anniversaire de l’un d’entre eux. Un week-end prolongé en camping pour souligner ce joyeux évènement. Voilà ce que sa femme a prévu. Dès les premières minutes de la série, on reconnaît le type de personnage que Jennifer Garner va interpréter. La femme castrante, manipulatrice et contrôle freak. Le week-end est déjà bien défini dans un grand cartable et chacun est mieux de suivre à la lettre ce qu’elle a prévu. Cependant, c’est avec grand plaisir qu’on découvre une invitée surprise jouer par nul autre que Juliette Lewis. Une femme libérée, simple et attachante malgré son excentricité. Chaque personnage vivant avec un poids sur les épaules on découvre à travers les épisodes leur petite bête noire. Une série légère qui se regarde relativement bien. Le personnage de Jennifer Garner est particulièrement irritant. Trop c’est comme pas assez et elle est vraiment trop. On pourrait même penser à un certain moment qu’on regarde un très long film. Malgré quelques longueurs et un manque flagrant de volonté des autres personnages d’affronter Garner, à l’exception de Lewis. On passe relativement vite à travers la série.

Sur l’échelle Popcorn et Pantoufle, nous lui donnons 2 étoiles sur 5

Une étoile toute spécial pour Juliette Lewis

Version française : Camping

Version originale : Camping

Durée : 8 Épisodes

Classement : Comédie

Top 5 des meilleurs scènes de danse

Top 5 des meilleures scènes de danse

Sachez que ce top 5 est basé sur une opinion personnelle à mes goûts. Sachant la quantité de film de danse et scène de danse que j’ai pu voir dans les films. Un top 5 réduit énormément la quantité réelle que j’aurais pu vous présenter. Peut-être il y aura-t-il un top 5 part 2.

#1 Danse lascive * Dirty Dancing *

Ceux qui ne sont pas familiers avec ce film de 1987, ce film est un incontournable dans la liste de film à voir dans une vie. Une romance d’été, de la musique des années 60 et de la danse. Non seulement ce film est iconique pour sa célèbre phrase; Nobody puts Baby in a corner.( On ne laisse pas bébé dans un coin. Il a aussi traversé les âges sans prendre une seule ride. Évidement, la scène que j’ai sélectionnée pour vous est la scène finale ou justement Johnny dit la phrase et qu’il invite Bébé à le suivre.

Pour visionner la scène, cliquez ici.

#2 Parfums de femme ( Le temps d’un week-end) *Scent of a woman*

Gagnant de plusieurs prix ce film est tout simplement un diamant brut. Je vous parle ici de la version de 1992 avec Al Pacino. Quand l’expérience rencontre la jeunesse dans la force de l’âge. Pacino offre une prestation de maître dans le rôle d’un ancien capitaine de cavalerie, devenu aveugle. La scène que j’ai sélectionnée pour vous se déroule au restaurant quand Pacino décide de danser un tango. Cette scène est tellement forte en émotion.

Pour visionner la scène, cliquez ici.

#3 Billy Elliot

Quand une passion nous obsède au point de se cacher pour pouvoir réaliser nos ambitions. Billy devient vite fasciné par les cours de ballet qui se donne dans le même gymnase que ses cours de boxe. Le jeune garçon de 11 ans devra affronter son père et son frère qui ne supporte absolument pas cette nouvelle passion. La scène que j’ai sélectionnée pour vous n’est pas une chorégraphie parfaitement exécutée. Mais la tension et l’émotion qui s’en dégage sont tellement puissantes.

Pour visionner la scène, cliquez ici

#4 Chicago

Chicago dans les années 20, une jeune femme se retrouve accusée du meurtre de son amant. Seulement, son rêve est de monter sur les planches de l’Onyx Club. La guerre de popularité apporte une tension nécessaire au film. Mais c’est lorsqu’on les retrouve en cellule qu’on peut savourer la scène que je vous ai sélectionnée. La sexualité, la colère et le besoin de vengeance sont les éléments qui font de cet extrait une puissante scène.

Pour visionner la scène, cliquez ici.

#5 Footloose

Dans une ville où la musique et la danse ont été bannies.Le petit nouveau qui débarque lui est loin de vouloir se conformer aux règles. Guerre de mentalité, guerre de popularité ce film repousse les limites du conformiste. La scène que j’ai sélectionnée pour vous est ma préférée du film, malgré que la finale reste en soi une scène marquante de danse. Dans cette scène on ressent la fureur de vivre et de s’exprimer.

Pour visionner la scène, cliquez ici.

Comme mentionné en début d’article j’aurais pu faire une très longue liste n’hésitez pas à m’écrire selon vous quelle scène de danse vous à marquer.

Voici 5 scènes bonus pour vous

Flashdance

Pulp fiction

Entrez dans la danse *Take the lead*

Le masque *The mask*

Masque de Zorro

Critique de la série The Ranch

Critique de la série The Ranch

Si tu aimes les chemises à carreaux, la bière et le sarcasme, cette série est pour toi. Ce sitcom si vous n’êtes pas familier avec un sitcom c’est le style de série ou l’on entend en arrière-plan des rires et des applaudissements. Au début ça peut être un irritant, cependant cette série est tellement bonne qu’on les oublie rapidement. Un ex-footballeur sans talent revient au bercail dans le ranch familial. Ashton Kutcher joue le rôle de ce footballeur, imbu de lui-même sur de lui, mais disons qu’il n’est pas le crayon le plus aiguisé de la boîte. Toutefois son humour et son grand coeur le rendre irrésistiblement attachant. Mais c’est lorsqu’on fait la rencontre du père, que notre coeur chavire réellement pour la série. Un vieux de la vieille qui boit du whisky et qui aime plus son chien et ses armes que ses propres enfants. Évidemment plus la série avance plus, le vieux s’adoucit, mais il garde ses principes et ses idées rétrogrades.

La vie sur un ranch est loin d’être de tout repos, le travail ardu, les chicanes de famille et les drames sont au rendez-vous. Malgré que la série se veut humoristique, on y retrouve de grande émotion qui vient nous chercher à quelques reprises la larme à l’oeil. Les personnages sont attachants, drôles et sensibles. On prend beaucoup de plaisir à passer au travers des 80 épisodes.

Si vous avez par le passé visionné That 70’s show vous pourrez revoir quelques acteurs dans The Ranch.

Sur l’échelle Popcorn & Pantoufle, nous lui donnons 3.5 étoiles sur 5

Version française : The Ranch
Version original : The Ranch
Durée : 8 saison 80 épisodes
Classement : Sitcom comédie

Critique du film L’art du mensonge

Critique du film L’art du mensonge

Deux grands noms se retrouvent dans ce film: Mirren et McKellen. Quand ont parle de talent de performance ont peu sans contredit inclure ces deux acteurs. Dans un jeu où la confiance naïve des individus est manipulée pour réussir une escroquerie. Qui des deux jouera le mieux ses cartes? Dans ce thriller lent mais absorbant on devine vite que personne ne joue franc jeu.
On hésite à savoir qui est réellement le méchant. Roy étant un escroc professionnel, il n’hésite pas à remettre cela avec une nouvelle victime. Qui au premier coup d’oeil semble la cible faible, douce et crédule qu’il a l’habitude de dépouiller.
L’intrigue nous tient jusqu’au dernier moment, la curiosité d’une vérité qui veut éclater. Vous garderez les yeux fixés à votre écran. Un jeu d’acteur formidable, d’ailleurs ces acteurs font de ce film un succès. Malgré des rebondissements qui défient parfois toute crédibilité.
Ne chercher pas les explosifs, ou les courses en voiture ce film est linéaire, mais une belle ligne droite bien calculée.

Sur l’échelle Popcorn & Pantoufle, nous lui donnons un 3.5 étoile sur 5

Version française : L’art du mensonge
Version original : The Good Liar
Durée : 1h49
Classement : Thriller / Drame

Visionnez un extrait ici

Machine à voyager dans le temps

Machine à voyager dans le temps

Faut pas dire à maman que la gardienne mange les pissenlits par la racine

L’époque où l’on devait rembobiner nos VHS pour les rapporter au vidéo, voilà de quelle époque sort ce film. Quand les jeunes étaient divisés en 3 clans, les fashionistas, les rockeux/ métalleux et les intellos. Cinq enfants d’une même famille croient passer un été de rêve pendant que leur mère part pour l’Australie. Mais leurs rêves de liberté et de rébellion sont vite freinés par l’arrivée d’une gardienne stricte et âgée. Il suffira d’une seule soirée, avant que les enfants découvrent que la gardienne mange les pissenlits par la racine. Pris de court, la solution ( facile) dans la tête d’enfants et d’adolescents il dépose la gardienne dans une malle qu’il livre directement au funérarium. C’est à partir de là que le film devient franchement intéressant. La grande soeur prend les choses en main du mieux qu’elle peut.

Prise pour travailler dans un resto fast food base gamme, Sue Helen ne tient pas longtemps. Et c’est à ce moment-là qu’on voit apparaître le meilleur du pire de la mode des années 90.

Si tu es tombée en amour avec Clueless sortie en 1995,mais que tu n’as jamais vue Faut pas dire à maman que la gardienne mange les pissenlits par la racine. Tu dois remédier à la situation la fashionista de ce film est du vrai bonbon. Si tu veux te plonger dans les années 90, appuie sur play illico.

Sur l’échelle Popcorn & Pantoufle, nous lui donnons 3 machines à voyager dans le temps sur 5

Version française : Faut pas dire à maman que la gardienne mange les pissenlits par la racine

Version Original : Don’t tell mom the Babysitter’s is dead

Durée : 102 min

Classement : Comédie

Critique du film Jay et Bob Reboot

Critique du film Jay et Bob Reboot

Il y a 19 ans nous découvrons Jay et Silent Bob, dans la même ligné que Eh mec! Elle est où ma caisse? Ou plus connu sous Dude! Where’s my car. sans oublié How High. Jay et Silent Bob ont marqué une génération. Les films qui mettent en vedette des jeunes adultes un peu givrés avaient vraiment la cote dans le début des années 2000.

On les retrouve ici dans un reboot. Mais quelle mauvaise idée, j’ai eu peine à reconnaître Jay. Pour ce qui est de Silent Bob, on ne peut pas vraiment le critiquer puisqu’il tient un rôle silencieux presque tout au long du film. On revisite littéralement la première version qui est sortie en 2001. Pour ajouter quelques éléments pour graisser un contenu vide et absurde, on apprend que Jay est devenu père. Ils ont voulu ajouter un côté culturel, on peut donc retrouver des personnages issus de différente origine. Toutes des femmes de caractère point positif.

Si comme moi il y a 19 ans tu commençais ton adolescence et que Jay et Silent Bob étaient le genre de film que tu trouvais donc cool. Tu pourras ici te plonger dans la nostalgie, mise à part cela ce film aurait du rester une idée farfelue discutée autour d’une bière avec les créateurs.

Le seul plaisir que j’ai eu à visionner ce film fut pour l’apparition de plusieurs acteurs cultes des années 2000. Outre cela, je préfère de loin regarder la version de 2001.

Sur l’échelle Popcorn & Pantoufle, nous lui donnons 1.5 étoile sur 5

Version française : Jay et Bob Reboot

Version Original : Jay and Silent Bob Reboot

Durée : 1h45

Classement : Comédie

Visionnez un extrait ici
Clique ici pour rejoindre mon groupe Facebook pour films et séries.

Critique du film Judy Moody et son été raté

Critique du film Judy Moody et son été raté

Cette petite fille remplie de caractère faisait déjà vivre mille et une aventures aux enfants dans les romans du même nom. Par contre cette fois-ci nous la retrouvons dans un film familial plutôt loufoque. La fin des classes est maintenant arrivée, elle dévoile son plan pour passer un été inoubliable avec ses amis. Cependant, son été sera un vrai désastre en apprenant que deux de ses meilleurs amis quittent pour toute les vacances. Par chance, sa tante excentrique vient changer la donne. Judy se retrouve alors engagé dans une course folle à la recherche de Big Foot. C’est un film familial, les petits comme les grands trouveront leur compte.

La folie, les couleurs vivent, des personnages amusants et farfelus. Ce film m’a beaucoup fait penser au film Le journal d’un dégonflé version fille. N’ayant pas eu le même succès puisqu’il y a longtemps que j’avais découvert Le journal d’un dégonflé, mais pas Judy Moody. Ce film date tout de même de 2011, mais vous prendrez plaisir à le visionner encore aujourd’hui.

Sur l’échelle Popcorn & Pantoufle, nous lui donnons un 2.5 sur 5

1 point perdu, car mes oreilles n’ont vraiment pas apprécié tous les crient strident qu’on croise plusieurs fois dans le film.

Titre en français : Judy Moody et son été raté

Version original : Judy Moody and the Not Bummer Summer

Durée : 1h33

Classement : Aventure / Comédie

Visionnez un extrait ici

Clique ici pour rejoindre mon groupe Facebook pour films et séries.

Critique La reine de la fête

Critique La reine de la fête

Une comédie qui n’innove rien. Du déjà vue, cependant on y retrouve une Melissa McCarthy pétillante.

Mère de famille, elle accompagne sa fille à son entrée à l’université. Cependant au moment de quitter les lieux son mari lui lance au visage qu’il veut divorcer. Pris par surprise après tant d’année de mariage, elle se retrouve face à rien. Et à ce moment-là, on comprend tout de suite que maman fera un retour aux études. Elle va côtoyer la même université que sa fille.

Nous allons retrouver dans ce film les personnages classiques des films universitaires. Les fêtards, les garces, la pas futée futée, la miraculée et j’en pense. Les personnages restent attachants. Pour une comédie légère, sans se casser la tête La reine de la fête reste un bon choix. McCarthy fait le gros du travail en ce qui concerne les fous rires et les sourires en coin. Si d’avance vous appréciez les personnages incarnés par McCarthy vous tomberez une fois de plus sous le charme de celui-ci. Deanna gagnera votre coeur avec son attitude positive de maman qui revit.

Sur l’échelle Popcorn & Pantoufle, nous lui donnons un 2 étoiles sur 5

La reine de la fête version en français

Version original : Life of the party

Durée : 1h45

Classement : Comédie

Visionnez un extrait ici

Clique ici pour rejoindre mon groupe Facebook pour films et séries.